Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FO Bfc Cheminots

1er MAI 2009

1er MAI 2009: Manif à Dijon
10h30
Place de la Libération

Le premier jour du mois de Mai n'est pas la fête du muguet, même si cette plante au feuillage vert foncé et aux clochettes immaculées y est étroitement associée dans notre esprit à force de médiatisation teintée de mercantilisme.

Cette plante de moins en moins sauvage, d'ailleurs, qui, paraît-il porte bonheur, n'a rien à voir avec le choix original qu'avaient fait les travailleurs en lutte des années 1885. Ils avaient choisi l'églantine, cette rose sauvage, elle, symbole de la révolution française.

Le 1er mai ce n'est pas la fête nationale du travail, comme l'avait décidé en 1941 PETAIN, Chef du Gouvernement de l'état corporatiste de VICHY, qui avait choisi cette date pour exposer les principes de la charte du travail (travail, famille, patrie) qu'il entendait imposer désormais en France comme cadre des relations sociales.

Le 1er mai ce n'est pas la fête d'une certaine Jeanne qui aurait libéré la France des Anglais dans le passé, et qui serait fêtée religieusement aujourd'hui par le Front National dans des cortèges bizarres ayant peut-être des relents d'un nouvel ordre moral, adossé à un gouvernement tenté par l’autoritarisme et la restriction des libertés.

Le 1er mai, ce n'est pas non plus l'attribution d'un jour de congé accordé gracieusement par les patrons, qui auraient découvert, miraculeusement que nous étions fatigués et que nous avions bien mérité un jour de repos supplémentaire.

Le 1er mai est avant tout une journée internationale de revendication et doit le rester. Ce n'est ni la fête du travail, ni les défilés de militaires, c'est plus concrètement la concomitance du dépôt des revendications par les travailleurs dans tous les pays. C'est de ce fait une journée de solidarité internationale. C'est pour le travailleur le refus d'être exploité pour gagner sa dignité. Pour les travailleurs que nous sommes, la symbolique est bien plus forte que cela, et la réalité historique bien plus dramatique.

Ce n'est pas parce que le 1er mai est jour férié qu'il faut l'appeler fête du travail. Le 1er mai c’est la fête des travailleurs (ne pas confondre).

Dès son origine, l'histoire du 1er Mai est marquée du rouge du sang.

1er mai 1886 à Chicago, 5 militants arrêtés et condamnés à mort.

 

1er mai 1890, la police française charge les travailleurs qui portent une pétition à la chambre des députés pour la journée de 8 heures.

 

1er mai 1892 à Fourmies, l'armée tire sur la foule : 9 morts et 80 blessés.

 

 

La symbolique du 1er Mai est donc très forte pour nous.


Le Secrétaire Général de l'UD de Côte d'Or, Gilbert MARPEAUX

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article