Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FO Bfc Cheminots

DÉCLARATION DE LA CONFÉRENCE NATIONALE

Les délégués des syndicats de la Fédération FORCE OUVRIERE des cheminots, réunis les 4 et 5 juin 2008 au siège de la Confédération à Paris :
- Constatent l'accroissement des difficultés des cheminots, particulièrement quant au décrochage de leur pouvoir d'achat face à une augmentation rapide et incontrôlée des prix de l'alimentation, des loyers, de l'essence, du gaz ...
- Constatent le développement des incertitudes vis à vis de leurs emplois et de leur affectation ;
- Constatent la multiplication des remises en cause sociales : retraites, protection sociale, réglementation du travail, mobilité imposée ...
Dans le même temps, la Direction SNCF affiche des résultats bénéficiaires « historiques » depuis 4 ans, son désendettement rapide, l'autofinancement des investissements, le versement de 131,4 M€ de dividendes à l'Etat et même le financement des tarifs sociaux à la place de l'Etat !
La Conférence affirme à cette occasion qu’elle ne saurait confondre la très nécessaire et urgente augmentation générale des salaires, avec la prime de 200 € octroyée sur les bénéfices 2007 ou la mise en place annoncée de la « participation ».
En outre, la Conférence confirme que seule, une forte mobilisation des cheminots, ADC, agents d’exploitation, - qu’elle appelle à la grève à partir du 9 juin à 20 h - sera en capacité de faire reculer définitivement la SNCF sur son projet d’aggraver la réglementation du travail.
L’ambition pour 2012 de la Direction, semble bien être la disparition de l'Etablissement Public SNCF, au profit de Branches coordonnant des sociétés n'employant que des salariés de droit privé. Les réflexions gouvernementales sur l'Infrastructure – dont la sortie de la SNCF, des 55 000 agents de l’Infrastructure, pour RFF – participe de la même politique d'éclatement de la Société Nationale.
Face à cette situation - similaire à bien des égards à celle vécues par les autres salariés - la Conférence Nationale constate la disponibilité des cheminots à la mobilisation.
La Conférence Nationale condamne la complicité d'organisations - se réclamant de la défense des salariés - dont bénéficient Direction et Gouvernement, sans laquelle ils ne pourraient atteindre leurs buts : comme ce fut hélas le cas pour les retraites. En conséquence, la Conférence, approuve et soutient la décision de la Commission Exécutive Confédérale de ne pas se joindre à l'appel CGT CFDT du 17 juin. Ces organisations ont rejeté la proposition FO d'organiser la grève interprofessionnelle pour faire reculer le gouvernement et de plus ne partagent pas la revendication du blocage à 40 ans pour revenir aux 37,5 annuités.
Elle constate la convergence des mobilisations des salariés du public et du privé, mais aussi des pêcheurs, des agriculteurs, des routiers, des taxis, des ambulanciers ... contre les contraintes dogmatiques imposées par l’UE en matière de dépenses publiques, de déréglementation sociale et de privatisation des services publics.
Dans ce cadre, elle appelle à faire échec à la tentative conjointe gouvernement/patronat/CGT et CFDT de mettre fin à la primauté des accords interprofessionnels, Conventions Collectives et Statuts sur les accords d'entreprise, comme au droit plus que centenaire (1884) conquis par les salariés de s'organiser librement dans les syndicats de leurs choix.
Dans ces conditions, la Conférence décide de tout mettre en oeuvre pour informer largement les cheminots et gagner les élections prud’homales de décembre 2008 et CE/DP de mars 2009.
La Conférence Nationale des Syndicats appelle les cheminots à rejoindre le syndicalisme libre et indépendant de FORCE OUVRIERE

Adopté à l’unanimité

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article