Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FO Bfc Cheminots

DE LA REPRESENTATIVITE SYNDICALE A LA FIN DES 35 HEURES

Deux organisations syndicales complices et cocues !

Deux confédérations par leur "position commune" signée avec le patronat (MEDEF et CGPME), voulaient occuper tout le terrain syndical par une opération partenariale.
Complices hier et aujourd’hui, elles apparaissent cocues par l’utilisation de leur texte par le gouvernement et le patronat pour en finir avec les 35 heures !
Hier encore, nous étions dans la "modernisation des relations sociales" et les syndicats devenaient des "partenaires responsables". La "CGT poursuivait son évolution positive grâce à l’action de la CFDT".
Cette complicité nouvelle formule entre ces deux confédérations et le patronat vient de prendre une nouvelle tournure car les deux syndicats viennent de se faire berner en toute beauté.
Le gouvernement avec son projet sur "la démocratie sociale", basé sur la "position commune CGT - CFDT - MEDEF - CGPME" s’engage frontalement dans la remise en cause des 35 heures partout en France et pour toutes les entreprises en replaçant la négociation au niveau des entreprises et sans nécessairement un accord "majoritaire".
Façon "femme trompée", la CFDT parle de "provocation", adjectif qui n’est pas habituel pour cette organisation. Quand à la CGT, elle indique une "méthode malhonnête", terme plutôt "soft" pour l’organisation "de lutte" que l’on a connue plus "revendicative".
Dès lors, la seule solution sincère (et honnête) serait pour la CGT et la CFDT de retirer leur signature du texte originel favorisant cette grandiose agression contre le monde du travail.
C’était sans doute trop demandé puisque leur réponse est un appel à "une manifestation le mardi 17 juin pour la défense des retraites et du temps de travail".
Et l’on pourrait bien rire de l’opération consistante à faire passer la CGT et la CFDT pour des "cocus" qui confirment pourtant leur complicité partenariale avec le patronat.
Mais le rire s’arrête vite quand on songe au formidable dégat social que va causer leur appétit d’occuper tout le terrain syndical et social pour des raisons de boutique.
Seule solution pour FO cheminots : continuer de débattre avec tous les salariés, et les cheminots en particulier, pour analyser comprendre et agir dans la seule volonté de défendre les salariés.

Et toujours en toute indépendance...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article