Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
FO Bfc Cheminots

NAVILAND : Laboratoire de la SNCF !

La Direction de la Traction a déjà fait savoir aux conducteurs dédiés prochainement à l’activité Fret qu’ils devront oublier certains articles de leur réglementation du travail pour en assimiler de nouveaux, identiques à ceux en vigueur chez nos concurrents.

Au lieu d’imposer au secteur ferroviaire les conditions sociales des cheminots (au travers des discussions de la convention collective nationale), la SNCF recense tous les bénéfices qu’elle pourrait engranger en arborant le même dumping social pratiqué par ses concurrents.

En 2004, lors de la réforme du métier conduite qui engendra la création du grade de CRML, l’entreprise argua de l’arrivée de la concurrence pour adapter, en les diminuant, nos coûts de production. Le métier de conducteur vécut alors une mutation sans précédent, puisque, sans aucune contrepartie, les TA pouvaient effectuer les missions des TB. Inventé par l’entreprise et ensuite revendiqué par toutes les organisations syndicales, hormis Force Ouvrière, le pesage devait être un frein aux ambitions de la SNCF.

Il n’a servi à rien ! A chaque fois que cela a été nécessaire, la direction l’a contourné en utilisant des subterfuges que FO avait déjà identifiés lors de sa création.

La suppression du pesage ne nous étonne pas, nous laisserons à ceux qui vous l’ont présenté comme la panacée d’en revendiquer son maintien !

FO tient à le redire, la destruction programmée des conditions sociales des agents affectés à l’activité Fret n’est pas une action isolée et sans lendemain. Regardez ce dont l’entreprise a été capable de faire avec Naviland qui lui a servi de laboratoire. Maintenant, Naviland va devenir la règle, un exemple à suivre pour toute une activité, par toutes les activités !

Mais la direction oublie un élément essentiel : des agents de conduite ont accepté volontairement d’intégrer Naviland, souvent pour des convenances pécuniaires, en sachant pertinemment qu’ils n’en avaient pas pour très longtemps (3 ans).

Imposer ces mêmes conditions sociales aux agents ayant, quant à eux, préféré conserver leurs acquis sociaux, risquerait fort d’engendrer des drames humains. Aucun agent de conduite n’est capable de tirer un trait sur des conditions de travail lui permettant de tenir le choc face à une productivité toujours accrue.

N’oublions pas également l’ambition affichée de la Direction de la Traction de révolutionner le mécanisme des primes de traction. Dans un contexte où chaque activité socialisera et rémunérera ses agents en toute liberté, la prime complémentaire, ciment entre tous les conducteurs, deviendra un élément fédérateur à éradiquer !

Dans une période où les discussions s’annoncent pour le moins tourmentées, nous invitons les agents de conduite à ne pas prendre pour acquis les prétentions de la Direction de l’entreprise.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article